Introduction au MOOC

Le MOOC sur les bronies.

Ce Mooc se présentera sous dormes de modules vidéos avec l’utilisation d’images et de vidéos issus d’internet. Il s’agira de mettre en perspective à travers ces modules de l’émergence d’une communauté de fan d’une série animée, série qui originellement ne ciblé pas ce public, mais aussi de l’impact de cette communauté sur internet et des représentations identitaires qu’elle peut changer face aux a priori collectifs. Nous aborderons aussi l’exploration des pratiques communautaire de ce Fandom avec comme principale activité la création artistique originale et le remix culture.

Comme objectifs pédagogiques il s’agira de rendre compte dans les modules :

- De l’immensité du phénomène dès son émergence sur internet et son évolution.

- Des enjeux sociaux sur le fait de faire partie d’une communauté de fans d’une série qui ne serait pas « légitimée», My Little Pony : Friendship Is Magic étant vu comme un dessin animé pour petites filles, en abordant la question de quelle façon définit-on les « bronies » et de quelle façon se définissent-ils ?

- Définir pourquoi cette communauté de fans essentiellement masculine «  dérange » tant et pourquoi le fait d’être un « brony » est-il vu comme étant une déviance sociale voire sexuelle ?

- Mais aussi de quelle façon les réalisateurs de My Little Pony : Fiendship Is Magic s’adressent à la gente masculine et aux adultes ?

- De montrer le fandom comme étant une subculture reconnue, partagée et critiquée pour sa remisse en question des notions de genre et d’identité.

Avec,

A la caméra, au son, ainsi qu’à la production et à la réalisation technique : Buret Florian

En consultante « experte de la série », merchandising My Little Pony et à la rédaction de modules : Descamps Lucie

Au prompteur, au quizz, à l’esthétisation du MOOC et à la rédaction de modules : Descamps Vivien

Pour la recherche sur la notion de fandom et à la présentation du MOOC : Decoster Manon

En tant qu’intervenants vidéo du MOOC: Descamps Lucie / Descamps Vivien

Bronies (à différents degrés) : Buret Florian, Decoster Manon, Descamps Lucie, Descamps Vivien 

… Avec l’apport et l’aide de la communauté brony

Remerciements à :

Mme Laurence Allard pour l’engouement qu’elle nous a donné pour la réalisation de ce MOOC

Mr Christian Thellier pour la transmission de son savoir en matière de conception de site et d’utilisation de WordPress

MODULE 1

Dans ce tout premier module :

Nous allons expliquer l’émergence et l’expansion du phémonène énorme qu’est devenu le dessin animé My Little Pony : Friendship is magic. Pour cela, il faut remonter aux origines de la licence d’Hasbro, la société américaine ayant commercialisé My Little Pony et ensuite décrire de façon formelle les trois premières générations de ce dessin animé. La réalisatrice, scénariste et productrice à l’origine de ce renouveau insufflera une nouvelle dimension aux personnages et donnera de nouvelles possibilités d’évolution à ce dessin animé devenu culte. Nous verrons que cette série a remporté un franc succès auprès du public. Nous décrirons les principales caractéristiques de cette nouvelle génération de poneys.

 

 

 

MODULE 2

Dans ce deuxième module :

Le dessin animé My Little Pony : Friendship is magic est important et intéressant à analyser en particulier  grâce à la communauté de fan qui l’entoure; la communauté brony. Celle-ci fait partie du phénomène fandom qui désigne une sous-culture propre à un ensemble de fans. Dans ce second module, nous allons établir la définition de ce qu’est un brony malgré quelques controverses sur cette définition. Nous tenterons tout de même d’établir une définition cohérente en rassemblant des normes majoritairement partagées. Avec ce phénomène qui a vu le jour sur Internet, nous assistons à la création d’une véritable identité communautaire participative. Comment est-elle mise en oeuvre ?

 

 

 

MODULE 3

Dans ce troisième module…

Nous allons nous concentrer sur l’analyse du Fandom initié par Jenkins et appliqué au dessin animé My Little Pony dans ce troisième module. Ce fandom devenu démesuré s’est peu à peu répandu sur la toile avec des dérivés de la série tels des vidéos, des avatars ou encore une convention de « bronies ». Ces dérivés se sont, avec l’émergence de fans inattendus, élargis pour toucher des personnes qui n’étaient pas ciblées au départ. Le fandom dans sa définition générale devient alors spécifique avec cette communauté grâce à l’appropriation de celle-ci, de codes très personnels. Certaines pratiques résultant de ce fandom bousculent les codes en soulevant des questions liées à l’identité et au genre. Ce dernier devient alors unique en son genre.

MODULE 4

 Dans ce quatrième module…

Qui dit communauté de fans dit Haters. Ces personnes prônant un discours discriminant basé principalement sur des stéréotypes. Dans le cas des bronies, leur discours vise à la haine de personnes considérées comme différentes tels que les hommes « brony ». Ils se positionnent de façon plus ou moins virulente contre l’ouverture d’esprit qu’engendre le dessin animé et contre ces fans fiers de dévoiler leur passion qui, eux, tentent de faire changer les esprits. La communauté des bronies et leurs revendications liées à la « performance of gender » (cf. Judith Butler) remuent les codes établis et changent les façons de s’intégrer à la société. Le challenge des petits poneys est lancé !

 

 

Crédits : « Bronies  - The Musical » par AVByte ( https://www.youtube.com/watch?v=XMjnVeDPEYo)

« Bronies, the extremly unexpected adult fans of my little pony »

MODULE 5

Malheureusement ce module n’a pas la même forme que les précédents. Pourquoi ? Car ce dernier module traitant sur la médiatisation professionnelle des Bronies était réalisé de la manière suivante : des extraits vidéos qui s’enchaînent avec une douce voix-off par dessus. Tout semblait parfait, le montage fût un succès et pourtant, lors de la publication sur Youtube, la vidéo est devenue sujet à de nombreuses réclamations quant aux droits d’auteurs émanant du célèbre site de partage vidéo; et c’est  par peur de répercutions dramatiques que nous avons été dans l’obligation de retirer la vidéo…

MAIS, pas d’inquiétude ! Comme nous ne voulions pas vous laisser sans ce module final, et n’ayant matériellement pas le temps de remettre en place une session de tournage vidéo comme les précédentes, nous vous faisons part du sujet remanié, pour l’occasion, sous sa plus belle forme écrite.

Bonne lecture !

 

« 

Après avoir vu au combien les bronies pouvaient déranger et prêter à confusion, il est maintenant l’heure de nous pencher sur la médiatisation de ce fandom sans pareille.

Dans ce module, nous parlons de la médiatisation du phénomène brony par les professionnels de l’information : des reportages télévisés dés les années 2011, à la naissance de cette fan culture, jusqu’à nos jours.

Par quels moyens les médias ont-ils construit et perpétué les clichés souvent négatifs à l’égard de ces hommes matures fans de nos chers petits poneys ? Cette dernière représentant une occasion rêvée de porter à critique une production issue purement des nouvelles pratiques sociales des technologies numériques, internet étant encore de nos jours vu comme générateur de déviance et de perdition.

Prenons un exemple : le 14 juin 2011 apparait pour la première fois mondiale à la télévision un sujet sorti des profondeurs de l’internet : la communauté brony. Ce jour-ci, Fox News, célèbre chaine d’information américaine, propose une chronique de présentation de la communauté Brony : hors, loin d’être justement représentés par le chroniqueur, les bronies sont décrits comme ‘creepy’ (dérangeant/glauque) et même de ‘disabled man children ‘ (homme-enfants déficients mentaux).

Bref, autant dire que cela n’est pas très glorieux pour les bronies, mais cela n’est pas étonnant : il était en effet aisé de deviner que ces adultes fans de My Little Pony allaient porter à controverse, surtout connaissant les traitements hasardeux d’ordre informatif que le sujet en question a subit dans ces chaines télévisées qui ne proposent  que quelques minutes pour exposer un sujet, aussi large qu’il puisse être.

Par exemple, nous n’en aurons pas assez d’un MOOC  pour définir l’ampleur de ce fandom et ses enjeux, ces derniers étant en constante évolution.

Cependant, revenons sur l’époque de diffusion de cette chronique, c’est-à-dire 2011 : la communauté brony venait d’émerger sur internet, et ne connaissait pas encore l’étendue du phénomène que nous lui connaissons de nos jours, le fandom étant encore subtilement caché dans l’obscurité de l’internet. Nous pouvons donc peut-être comprendre un peu mieux la visible incompréhension des journalistes et autres professionnels des médias face au Brony : ayant peu de ressources sur lesquelles se baser (témoignages, écrits, et productions sociales et artistiques de toutes formes que nous connaissons des bronies), ils ne peuvent comprendre et rendre compte de la profondeur du mouvement, ne voyant que l’aspect superficiel du phénomène, c’est-à-dire des adultes de sexe masculin en extase devant un dessin animé pour petites filles.

D’autres phénomènes internet ont aussi participé à la médiatisation des préjugés sur les bronies, comme par exemple la série des ‘Teen react to’ (adolescents réagissant à). Ces vidéos en ligne mettent en scène des adolescents, des deux sexes et d’une tranche d’âge de 12 à 16 ans, découvrant la série My Little Pony : Friendship is Magic, tout en montrant les réactions, souvent négatives, à l’égard du dessin animé. Nous n’allons d’ailleurs pas citer qu’un adolescent pré-pubère a émis l’idée que non, les hommes regardant une série télévisées pour fillettes mettant en scène des petit poneys ne devraient pas être appelée ‘hommes’ (dans le sens terme masculin).

Avec cette vidéo, la communauté brony n’en reste pas là : elle décide, sur un ton de plaisanterie et d’affirmation de son identité, de répliquer à coups de vidéos du même principe : des bronies réagissant à cette vidéo. En empruntant le même format et le même principe, les bronies arrivent à se réaffirmer et à décrédibiliser les idées reçues véhiculées par les intervenants adolescents.

 

Lorsque l’on se penche sur ces diffusions médiatiques des bronies, il serait mauvaise langue de dire qu’il n’y a que du négatif, certains articles tentant d’expliquer le phénomène et de rendre compte de ce dernier. A travers des articles et émissions télévisées, rencontrer des personnes présentant de manière positive le fandom brony et sa large communauté devient chose courante de nos jours, ceci pouvant s’expliquer par l’ampleur inconsidérable que prend le mouvement et le sérieux qu’évoque la communauté par son effectif, sa présence et son activité incessante. Pour les médias d’information, force est de constater alors que ce phénomène mérite surement que l’on s’y penche plus sérieusement en essayant de dépasser les préjugés issus des réactions premières afin d’apporter un véritable point de vu journalistique au propos.

Ainsi, le 9 septembre 2013, la télévision française fut le théâtre  d’un choc des cultures et des mentalités dans l’émission de divertissement « Comment ça va bien ? ». Ayant fait le choix d’aborder le thème peu connu en France des bronies, la chroniqueuse se voit confrontée à deux états d’esprit très distincts : tout d’abord, les divers chroniqueurs de l’émission lynchent la communauté, sans doute par incompréhension. Mais au fil de la rubrique, certains avis se font moins tranchants, et certains iront même jusqu’à tenter de comprendre le phénomène et désirent aller plus loin dans la compréhension de cette culture fan.

A noter par exemple le présentateur principal, Stéphane Bern, sollicite la chroniqueuse à plusieurs reprises pour lui demander d’aller plus loin dans son exposé, et ira même jusqu’à dire qu’il souhaiterait aller rencontrer les bronies lors de la prochaine convention brony francophone. Ainsi,  bien que la chronique soit brève et un peu à coté de la plaque, les bronies sont présentés de manière neutre voire positive malgré certains avis arrêtés sur la question de protection de l’identité sexuelle, les reproches faits aux bronies étant encore une fois d’avoir des déviances sexuelles, comportementales, psychologiques (un des chroniqueurs allant même jusqu’à affirmer que si un brony venait à parler à ses enfants, il lui « pèterait la gueule », rien que ça !)

 

Nous pouvons donc affirmer qu’un changement de mentalité est en train d’opérer dans la représentation des bronies et leur présence dans les médias d’information sérieux.

Les professionnels de l’information cherchent en effet, de plus en plus à comprendre les origines de cette culture fan et le sens profond qui en découle, avec plus ou moins de naïveté et de préjugés. Un long chemin reste encore à faire cependant car les préjugés de nature sociale restent ancrés dans les esprits du plus grand nombre.

Ainsi, la communauté brony se révèle comme étant le parfait exemple de l’incompréhension qui se dégage de la part des professions de diffusion de l’information et du divertissement qui se dégage à travers leur traitement du sujet brony, celui-ci portant encore trop souvent à controverses, bercé par des préjugés qui lui collent au corps depuis les débuts de sa médiatisation.

« 

Votre suivi du MOOC

Un premier certificat de suivie du MOOC  peut déjà être obtenu en cliquant sur Certification de réussite au Quizz.

Vous pouvez aussi donner vos impressions sur ce MOOC en envoyant un mail à l’adresse moocbrony@gmail.com. Les petits poneys vous répondront rapidement grâce à la magie de l’amitié et vous recevrez via leur médiateur, le petit Spike, un certificat personnel pour votre suivie et votre participation à ce MOOC.

Crédits & Sitographie du MOOC

Pour l’élaboration de ce projet MOOC, mignons petits poneys que nous sommes, nous avons eu recours à différentes vidéos, images et sites internet; en voici une liste exhaustive et détaillée :

 

Sitographie : 

  • Animation World Network,  « Of ponies and Bronies »

http://www.awn.com/blog/ponies-and-bronies

  • The Geek professor, “ Why I am a ‘Brony’(a fan of My Little Pony: Friendship is magic)

http://www.thegeekprofessor.com/ponies/why-i-am-a-brony-a-my-little-pony-friendship-is-magic-fan/

  • Henry Jenkins, “Participatory Culture and Media Education”

http://www.edutopia.org/henry-jenkins-participatory-culture-video

  • Herd Census

http://herdcensus.com/

  • Brony Study (research project)

http://www.bronystudy.com/

  •  “Bronies are redefining Fandom – An American Manhood”

http://www.wired.com/2014/03/bronies-online-fandom/

  •  “Bronies, the unexpected and unashamed fandom”

http://www.electricfeast.com/bronies-the-unexpected-and-unashamed-fandom

  • TV Fox News (14 juin 2011)

https://www.youtube.com/watch?v=fqEDIFfy4Yg

  • Teens react to MLP : Fim

https://www.youtube.com/watch?v=FzozSSGETJo

  • Military bronies react to Teens react to My Little Pony

https://www.youtube.com/watch?v=YZdeMGFKFMk

  • Bronies react to Teens react to My Little Pony

https://www.youtube.com/watch?v=7O3tAhQVU3k

  • Article du The Guardian en ligne, « Adult male My Little Pony fans? Bronies are true rebels”

http://www.theguardian.com/commentisfree/2012/oct/01/my-little-pony-bronies-rebels

  • Emission “Comment ça va bien ?” sur France 2, rubrique sur les bronies

https://www.youtube.com/watch?v=UPRf49lIVm0

  • What is a brony ?

http://whatisabrony.com/

http://espace-numerique.fr/le-mouvement-brony/

http://broniepologist.deviantart.com/art/Brony-Subculture-Analysis-282304669

 

  •  Sites communautaires My Little Pony:

http://www.radiobrony.fr/

http://www.french-brony.com/

http://www.leponeyblanc.fr/

 

  • Générateur de personnages MLP :

http://generalzoi.deviantart.com/art/Pony-Creator-v3-397808116

 

  • Articles divers sur la communauté brony:

http://www.tryangle.fr/poneyception-chronique-sur-la-chronique-qui-enflamme-la-bronisphere

http://www.lesinrocks.com/inrocks.tv/les-bronies-ces-fans-puberes-my-little-pony-fantasment-poneys-animes/

http://www.focusonanimation.com/bronies-my-little-pony-derangent-18983/

http://www.madmoizelle.com/bronies-kiffent-mon-petit-poney-100587

 

  • Fan-fiction et Mémoire :

https://docs.google.com/document/d/1c9W9bVjbKTYildJMK56cX_H3RX4uBA9UdIaw5RcogLY/edit?pli=1

http://fr.slideshare.net/MNollet/mmoire-my-littlepony

  • Filmographie :

« Bronies: the extremely unexpected adults fans of My little Pony », Laurent Malaquais, 2012.

 

 

Crédits :

 

MODULE 1

-        My Little Pony opening theme (génération 1)

https://www.youtube.com/watch?v=rPn0Sll3I7k

-        My Little Pony opening theme (generation 2 et 3)

https://www.youtube.com/watch?v=Z1HwstEqziM

-        My Little Pony : Friendship is Magic Opening theme (génération 4)

https://www.youtube.com/watch?v=c7FLpTAt5c4

 

MODULE 2

-        Let’s go and meet the bronies

https://www.youtube.com/watch?v=OV-OF9wZWDs

 

MODULE 3

-        Smile ! HD

 https://www.youtube.com/watch?v=PqVVtaWd8Pw

-        Bronies : the musical

https://www.youtube.com/watch?v=XMjnVeDPEYo

-        « Bronies : The extremely unexpected adults fans of My Little Pony »

https://www.youtube.com/watch?v=ohnuyqJyEW0

 

MODULE 4

-        « Bronies : The extremely unexpected adults fans of My Little Pony »

https://www.youtube.com/watch?v=ohnuyqJyEW0

 

 

Dès lors, de très très gros moyens ont été utilisés pour la production et la réalisation des vidéos; une caméra Canon 550D posée sur trépied, un coin de chambre « sur-coloré » grâce à la présence d’innombrables poneys. Une prise de son incroyable avec un micro dérisoire (montage avec Audacity), une mise en scène et un travail de postproduction digne des plus grands (réalisé grâce à FinalCutPro X), un prompteur révolutionnaire (avec la superbe association d’un doigt, d’une touche Bas et de Word) et bien sûr, le résultat ne serait pas le même sans les incroyables acteurs que sont Lucie et Vivien Descamps !

 

Et surtout, merci à vous pour votre participation ! La communauté Brony vous aime !