Présentation du Mooc

Bienvenue sur ce Mooc qui va vous permettre de devenir incollable sur la consommation collaborative dans le milieu de la mode !

Tout d’abord, il existe de nombreux enjeux liés à cette question de la consommation collaborative. En effet, le fait d’appliquer ce nouveau phénomène au milieu de la mode n’est pas un choix anodin car il soulève de nombreuses problématiques. La mode est, par définition, ancrée dans une temporalité mobile, en constant mouvement. Il est donc important de s’interroger sur la manière dont la mode, si marquée par sa temporalité et son côté éphémère, peut elle s’adapter à cette économie de l’échange et du recyclable, autrement dit, du collaboratif. Afin d’être le plus exhaustif possible, ce Mooc va se découper en cinq modules.

Dans un premier module, nous présenterons les différentes définitions, caractéristiques et enjeux du monde de la mode en s’appuyant sur le récent phénomène grandissant du Vintage qui a pu permettre le développement du vide-dressing. Ce qui amène au second module consacré au vide-dressing qui est une nouvelle pratique économique et sociale. Celle-ci se base sur un modèle économique particulier, celui de la consommation collaborative qui constitue notre troisième module. Dans le module suivant nous nous pencherons sur la sous-économie entraînée par cette nouvelle manière de consommer. L’avènement de cette nouvelle manière de consommer a, notamment, été rendue possible grâce à Internet et au Web 2.0, sujet traité dans un cinquième module. Dans ce dernier, sera également traitée l’idée de communauté crée par Internet.

Ce Mooc se différencie des autres dans la mesure où c’est un sujet qui n’a pas été traité car il s’agit d’un phénomène très récent : la manière dont la consommation collaborative s’applique au monde de la mode en s’appuyant sur le cas du vide-dressing. Après avoir visionné quelques Mooc, nous souhaitons innover avec un Mooc interactif avec une implication du public assez importante dans la mesure où notre domaine d’étude présente une forte dimension sociale et qu’elle est un facteur révélateur de notre société actuelle et qui face à la crise, développe de nouvelles manières de consommer. Celles-ci donnent lieu à ce qu’on peut appeler une sous-économie.

Certains Moocs étaient entièrement textuels, sans réelle accroche et s’apparentaient plus à un exposé dans le style d’une dissertation. Notre Mooc se voudra, dans la mesure du possible, visuel, attractif voire même interactif grâce à l’outil vidéo.

Ce Mooc a été réalisé dans le cadre du cours « Nouvelles Formes de l’Echange Culturel » de Laurence Allard, Licence Culture et Médias, Université Lille 3.

Module 1: Introduction aux enjeux de la mode avec l’exemple du phénomène Vintage

Grâce à cette parodie de la styliste Cristina Cordula et de sa célèbre émission Nouveau look pour une nouvelle vie, on peut donc introduire la notion de vintage.

Avant cela, il est important de se pencher sur la définition et les enjeux même de la mode. En effet, la mode est par définition quelque chose de temporel et d’éphémère conforme au goût d’une époque dans un endroit particulier. Sa caractéristique principale est son changement incessant qui implique de se renouveler constamment. Alors comment peut-on parler de « Mode du vintage » ? Rappelons-le, le vintage est un vêtement qui reflète un moment de l’histoire de la mode et qui date de l’époque où il a été créé. Par extension, il désigne toutes les pièces dont le look a l’air ancien et rétro. Paradoxalement, la mode est synonyme de recherche incessante de la nouveauté et de la tendance du moment.

Cependant, la mode du vintage est a son apogée aujourd’hui et elle est le résultat d’une recherche de pièces antérieures. D’ailleurs, les pièces peuvent aller de prix dérisoires (quelques euros) à plusieurs milliers d’euros. Leur valeur est très variable et cette différence de prix est dû au fait que certaines personnes sont à la recherche de pièces antérieures aux années 50. Elles sont réputées pour leur qualité supérieure que l’on trouve difficilement aujourd’hui.  Le fait de préférer des objets, vêtements ou accessoires anciens vient du fait qu’ils sont plus rares et plus difficile à se procurer. L’intérêt est dans la nostalgie des origines mais aussi dans le besoin d’authenticité.

Le vintage, aussi paradoxal que cela puisse paraître, en connaissant la définition de ce dernier est bel est bien devenu une mode à part entière. Cette mode ne s’étend pas uniquement au monde de la mode vestimentaire et il est important de souligner que le vintage est presque devenu une institution, une manière de vivre. Outre les vide-dressings et les friperies spécialisés dans le vintage ou même les salons comme le Salon de la Mode Vintage (à Lyon), se crée de plus en plus de lieux dérivés du Vintage. On ouvre également des restaurants et des bars que l’on dit « Vintage ». A Lille, par exemple, le bar « Funky Vintage » allie dans une ambiance seventies à souhait, le bar à tapas, la friperie et le disquaire. Ou encore le “Peek A Boo” qui se considère lui même comme « un restaurant vintage fait maison » avec une ambiance très « rétro ».

La mode a évolué et elle se tourne désormais vers le passé en faisant référence aux années antérieures. Cela permet désormais de passer des années 20 aux années 50 en passant par les années 60 en une seule tenue. Cette non relativité de l’objet ancien est liée au fait qu’on ne veut pas en être propriétaire pour sa fonction ou son utilité, mais bien uniquement en raison qu’il est ancien. Cependant, il ne suffit pas de trouver un objet d’époque pour avoir un look vintage, il faut aussi savoir le marier avec goût et c’est là toute la complexité de ce que peut être la mode vintage. Par conséquent, la valeur du vintage vient du sentiment de distinction et de supériorité venant de la reconnaissance aux yeux des connaisseurs.

Pour conclure, on peut affirmer avec certitude qu’il existe actuellement un phénomène dit  de “mode vintage” qui s’étend à de nombreux domaines. Outre les vêtements que l’on trouve en friperie ou même en magasin, s’est développé plus récemment la mode de la lingerie vintage avec les rééditions dans l’ère du temps de la fameuse gaine ou encore des corsets. De plus s’ouvre partout en France depuis ces deux dernières années des bars, des restaurants ou tout autres lieux publics complètement vintage.

tumblr_lem1m0aBIN1qd6ge8o1_400

Le vintage partout, le vintage tout le temps !

Par convention, à quelle date s'arrête le Vintage ?

A quel style musical peut être associé le Vintage ?

La mode du vintage est réservée aux femmes !

En quoi le rétro est-il différent du vintage ?

Module 2 : Le phénomène du vide-dressing

544581_210313272427393_156819835_nL’histoire du Vide-dressing commence en mars 2008 grâce à la célèbre styliste et blogueuse parisienne Géraldine Grisey plus connue sous le pseudonyme PunkyB. Tandis que son dressing regorge de vêtements très peu ou même jamais portés, elle est la première à avoir l’idée de créer un site pour vendre tous ses vêtements qu’elle ne porte pas ou plus. Elle ouvre alors le premier site de Vide-Dressing qu’elle nomme « Nettoyage de printemps ». C’est ainsi que le Vide-Dressing est né.
En 2009 est créée la plus grande plateforme de Vide-Dressing avec près de 400 000 articles à ce jour pour 1 700 marques. De plus, 2 500 articles seraient ajoutés chaque jour. Cependant l’explosion du phénomène du Vide-Dressing n’a vu le jour qu’à partir de 2012. C’est via le Web 2.0 que le Vide-Dressing s’est développé entre 2009 et 2012, mais plus récemment cette pratique est sortie du Web pour s’organiser dans les villes. En effet, on peut retrouver un vide-dressing quasiment chaque semaine dans les grandes villes.
Définissons tout d’abord ce qu’est le Vide-Dressing à proprement parler. C’est une pratique qui consiste à vendre ou à échanger des vêtements ou accessoires dont nous n’aurions plus d’utilité. Concrètement le Vide-Dressing permet de vider et de remplir son dressing, qui plus est, à moindre coût car les pièces sont d’occasion. Cependant il ne faut pas confondre Vide-Dressing et Vide-Grenier ! Les prix sont baissés de manière conséquente mais ils ne sont pas pas bradés à outrance. De plus, il existe aujourd’hui différents type de Vide-Dressing, par exemple il existe les Vide-Dressing de luxe  qui regroupent de nombreuses grandes marques ou encore il y a des Vide-Dressing spécialisés dans les vêtements pour enfants ou pour les femmes rondes, etc…

Aujourd’hui le Vide-Dressing est devenu une véritable pratique ouvertes a toutes et à tous. Sur le réseau social Facebook, il existe de nombreuses plateformes de Vide-Dressing réunit par région, ou par intérêt.

Le phénomène grandissant du vide-dressing et de la pratique du « recyclage » qui la compose nous amène a penser à ce que l’on appelait une sous-économie, que l’on développera dans notre quatrième module. En effet, alors que l’on pourrait penser que cette pratique du vide-dressing serait un frein à la consommation dû aux prix plus attractifs proposés dans les vide dressing. Ici nous sommes dans une toute autre logique car les vide-Dressing permettent aux acheteuses de trouver certains produits, certain « must have » lors de ces vide dressings pour des prix inférieurs à ceux des magasins. Mais pour les vendeuses, le Vide Dressing permet de vider son placard et de récupérer de l’argent qui, en grande partie servira à racheter d’autres vêtements en magasin. En effet cette sous-économie dans le monde de la mode serait en quelque sorte non pas une concurrence au marché classique mais plutôt un moteur, un moyen de renouveler sa garde robe, pour acheter plus neuf et plus « à la mode ».

videdressing-amalgame-magazine-2

Aussi, on peut remarquer la dimension sociale importante de ces vide-dressing qui est un facteur important. En effet, lorsque l’on demande aux personnes se rendant aux vide-dressing pourquoi ils aiment ce genre de pratique, le côté plus « sympathique » du vide-dressing est un argument qui revient très régulièrement. Il est vrai que les normes à ce genre de pratiques sont très différentes de celles en magasin. L’échange et l’aspect social sont beaucoup plus mis en avant et c’est ce qui contribue au succès des vide-dressing.

Pour conclure, on voit bien que c’est une pratique récente qui s’est énormément développée ces dernières années. De la même manière que le Vintage, elle a réussi à dépasser le paradoxe de la temporalité de la mode et s’est imposée en tant que phénomène. Elle nous amène à nous interroger sur la nouvelle manière de consommer des individus, sujet du prochain module !

Qui est à l'origine du vide-dressing ?

Quelles sont les raisons qui poussent les individus à se rendre à des vide-dressing ?

Quel est l'inconvénient principal des vide-dressing ?

Le vide-dressing peut également être appelé ...

Module 3: La consommation collaborative

10331558_10203588255485208_1013939649_nAprès un siècle d’hyper-consommation, la société est désormais tournée vers la consommation collaborative.  Le XXe siècle a été une période d’accumulation d’objets en quantités excessives.

La consommation collaborative bouscule les modèles économiques de la propriété vers ceux de l’usage.

Il existe deux formes de consommation collaborative. Tout d’abord, il y a la logique du don contre don appelé aussi troc ou échange, qui consiste à échanger deux produits de valeurs approximativement égales sans implication monétaire. Ensuite, il y a la logique de redistribution de particuliers à particuliers, pour la majorité, il s’agit d’objets d’occasion mais il peut également s’agir d’objets neufs qui sont inutiles au propriétaire et revendus à prix moins élevé. Cette économie s’organise notamment via internet avec des sites tels que Le BonCoin ou Ebay.

Ce nouveau modèle économique s’est appliqué à la majorité des secteurs: le transport, le commerce, l’alimentation, le tourisme etc.

La consommation collaborative s’est donc fortement étendue ces derniers temps et ce développement est dû à plusieurs facteurs. Dans un premier temps, la crise économique et donc la  crise du pouvoir d’achat actuel pousse les consommateurs à trouver des logiques alternatives. Or, La surconsommation et la sous-utilisation de biens rend cet excès monétisable. Dans un second temps, il y a le facteur écologique qui fait que les individus prennent conscience de l’impact néfaste environnemental que la surconsommation implique. La consommation collaborative permet de limiter les déchets par la réutilisation et le recyclage. Dans un troisième temps, il y a le développement technologique qui permet la connexion de communauté et la facilité de paiement sur Internet.

Par conséquent, les personnes qui pratiquent régulièrement la consommation collaborative sont attachées au caractère alternatif de ce mode de consommation.

Dans le cadre de ce MOOC, on voit bien que c’est un modèle économique qui s’est appliqué au milieu de la mode avec l’apparition de vide dressing mais également de sites de trocs ou d’échanges de vêtements et d’accessoires.

Voici donc la vidéo de la visite d’un lieu qui illustre très bien ce qu’est la consommation collaborative et notamment appliqué à la mode :

Nuage-Collaboratif

La consommation collaborative c'est consommer...

Quel site peut être directement associé à la consommation collaborative ?

A laquelle de ces valeurs correspond la consommation collaborative ?

En quelle année a été fondé l'association Emmaüs par l'abbé Pierre?

Emmaüs est une association...

 

 

 

Module 4: La sous-économie

 

actu_3998_image

 

Comme nous avons pu le constater dans le précédent module, l’économie, face à la crise, est entrée dans une nouvelle forme de consommation dite « collaborative », autrement dit basée sur une logique de partage et de nouvelles formes d’échanges. Cette évolution dans les comportements mène a ce qu’on peut appeler une sous-économie dans laquelle la marchandisation s’étend à la sphère domestique et aux services entre particuliers. Par conséquent, acheter des produits d’occasion est devenu banal et l’on assiste à un renouvellement consommatoire qui se traduit par une volonté d’optimiser les dépenses chez les individus.

En outre, cette sous-économie nourrit également l’économie principale et conduisent à des augmentations de consommation. En effet, les bénéfices reçus après une vente sont remis dans le système. Par exemple, un individu qui reçoit une somme d’argent après la vente d’un objet quelconque va dépenser cet argent pour acheter d’autres objets. Le phénomène du vide dressing et de la pratique du « recyclage » qui la compose nous amène à penser à ce que l’on peut appeler la sous-économie.

 

images1De plus, certaines grandes enseignes ont bien compris l’engouement récent de cette nouvelle manière de consommer et elles s’en sont emparées pour l’intégrer à leur propre politique. Présentons l’exemple de la marque de vêtements H&M. En effet cette grande marque, qui pourtant représente en tout point l’économie de masse aux antipodes de la consommation collaborative, a récemment adopté une campagne publicitaire basée sur des principes collaboratifs. La célèbre marque avait déjà tenté cette expérience en février 2013 et  recommence cette année. Le concept est simple, si vous ramenez un sachet recyclable ainsi que trois vêtements que vous ne portez plus, H&M vous offre un bon d’achat d’une valeur de 5 euros. De plus, H&M a sorti au printemps dernier une collection « Conscious » et qui est une collection éco-responsable.

 

Ces différents exemples nous montrent le changement qui opèrent dans les mentalités d’aujourd’hui et qui tend à nous pousser vers une économie plus responsable, plus écologique autrement dit vers une économie alternative, une économie collaborative.

 

Qu’est ce que l’on considère comme sous-économie dans cette partie ?

Laquelle de ces grandes marques à adopté une politique sur le modèle de la sous-économie ?

Quelle est l'origine de cette sous-économie ?

Les sites de co-voiturage ou de couchsurfing permettent le développement de cette sous-économie ?

 

 

Module 5: Le rôle d’Internet

internet-marketing-strategy-traffic1Le vide dressing et la consommation collaborative qu’implique ce dernier s’est développé en grande partie grâce au développement du WEB 2.0 et de l’usage que l’on en fait. En effet, depuis les années 2000 fleurissent de nombreux sites de vente de vêtements d’occasion entre autre. Cet usage permet une plus grande visibilité des objets à vendre par rapport aux vide-dressings qui se font dans des lieux publics ou même à domicile.
Sur le réseau social Facebook se créent chaque jour de nouvelles pages dédiées aux vide-dressings ou aux trocs d’objets en général. Le concept est simple, les pages créées concernent très souvent une région ou bien une ville comme par exemple : « Vide Dressing région Lilloise » ou encore « Vide dressing Roubaix-Tourcoing ». Les personnes ayant rejoint ces pages, ces communautés, y postent des photographies de leurs vêtements ou objets à vendre suivis le plus souvent d’une description et d’un prix, négociable ou non. Cette pratique est la plus rependue car contrairement à certains sites de vente entre particuliers elle est entièrement gratuite, simple et rapide mais surtout accessible à tous. Le terme employé par Facebook de communauté est très révélateur. En effet, suite à ces différentes pages consacrées aux Vide Dressings s’est créé une véritable communauté de « Fashonistas » accros à cette pratique. Ce phénomène a entraîné la création d’un « code » spécifique à cette pratique. Il existe un langage particulier à la vente d’objets sur Facebook : « up » qui signifie par exemple que l’objet mis en vente est toujours disponible et ce message est destiné à faire remonter le message dans le fil d’actualité. De plus, on peut remarquer que les vendeuses récurrentes obtiennent une certaine « reconnaissance » face aux autres utilisateurs.

Cependant, il n’y a pas que Facebook qui joue un rôle important dans ce nouveau phénomène. En effet, de nombreux sites de vide-dressing ont vu le jour ces derniers temps. Le principe est simple, les utilisateurs mettent en ligne leurs vêtements et les internautes peuvent faire leur shopping en achetant contre une somme fixe, ou en échangeant contre une autre pièce de la même valeur. On retrouve donc bien le modèle de consommation collaborative avec ses logiques de don contre don ou d’achat de particulier à particulier.

Page d'accueil du site Vinted.fr

Page d’accueil du site Vinted.fr

Il y a également un autre aspect à souligner, c’est la dimension sociale très forte constitutive de ces sites. Ceux-ci sont présentés de manière ludique grâce à des interfaces colorées et attractives. De plus, ils incitent fortement à la formation de communautés autour du vide dressing. Par exemple, le site de vide dressing vinted.fr appelle ses utilisateurs les « vinty ». Les vendeuses peuvent être « notées », c’est grâce aux avis positifs, négatifs ou neutres laissés par les internautes que l’on peut voir la fiabilité d’une vendeuse par exemple. Et c’est donc dans ce sens que l’on peut parler de reconnaissance dans la communauté et on peut presque parler de hiérarchie au sein de celle-ci dans la mesure où les habituées ou vendeuses confirmées y auront une place plus légitime et donc plus importante.

Par conséquent, on voit bien qu’Internet est un facteur qui a joué un rôle important voire primordial dans cette évolution vers l’économie collaborative et en s’appliquant également à la mode avec le développement de nombreux sites de vide-dressing et de vente de vêtements d’occasion. C’est un outil qui facilite les échanges entre individus sans nécessiter de connaissances particulières.

 

Pour l’évaluation de ce dernier module, nous allons vous demander de nous expliquer en quelques lignes en quoi le rôle qu’internet a joué dans la mode est-il fondamental dans cette évolution dans les manières de consommer ? Comment favorise-t-il la formation de communauté ?

Envoyez nous votre réponse à l’adresse mail : mode.recup@outlook.fr

Module Complémentaire

BIBLIOGRAPHIE :

-TAPSCOTT Don, WILLIAMS Anthony,  Wikinomics: Wikipédia, Linux, YouTube …: commenter l’intelligence collaborative bouleversé l’économique ,   Paris: Pearson Village Mondial, 2007

-HEBDIGE Dick, Sous-culture: Le sens du style, Hors collection ZONES, 2008

 

WEBOGRAPHIE :

- http://www.ilokyou.com/public/pdf/livre_blanc.pdf

-http://blog.publicorp.fr/leconomie-collaborative-15

-http://www.pretachanger.fr/vide-dressing.php

+ différents sites de vide-dressings en ligne (vide-dressing.com, vinted.fr …)

 

CERTIFICATION :

Si vous avez répondu juste à au moins 50% des réponses de tous les Quizz et que vous nous avez bien envoyé la rédaction du dernier alors nous vous enverrons votre certification par mail comme quoi vous avez suivis et réussis ce MOOC !

Bravo+Canada+logo

Sinon… il faut tout recommencer !

 

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES :

Mathilde CAPITAIN (n° 21104828)

Manon LIETAR (n°21103998)